PANIER

Théorie de l’information
Critique des médias

 

 

KONRAD BECKER

DICTIONNAIRE
DE RÉALITÉ STRATÉGIQUE

Intelligence culturelle
et politiques invisibles de l’information

 

Parution le 6 mars à la Gaité Lyrique.
Discussion avec Konrad Becker et Yves Citton animée par Marie Lechner

 

« Les informations sont en effet ‘de la même étoffe que les songes’. Pourtant, elles n’en sont pas moins transmises, enregistrées, analysées et mesurées », remarquait Karl Deutsch en 1963 dans son ouvrage The Nerves of Government (Les nerfs du gouvernement). Le scientifique social tchéco-américain était le principal spécialiste des « modèles de communication et de contrôle politiques » durant la Guerre Froide. La seconde moitié du XXe siècle fut témoin d’une mise en œuvre mondiale de la programmation sociale assistée par ordinateur qui avait pour but premier d’inculquer un ordre et une régularité paranoïaque au chaos qui suivit la Seconde Guerre mondiale, puis progressivement, à partir des années 1960, de susciter des rêves fiévreux aux populations dont le nouveau rôle n’était pas de travailler mais d’inventer ; non pas de produire mais de consommer ; non pas d’avoir peur mais de désirer. À la fin des années 1990, une fois débutée la massification de l’Internet dans le sillage du spectacle mondial intégré de la Première Guerre du Golfe, cette condition était pour le moins bien connue de certains des individus qui en faisait les frais. Les hackers de la réalité tactique – tels que le Critical Art Ensemble, Arthur et Marie-Louise Kroker, Luther Blissett, les Yes Men, l’Association des Astronautes Autonomes, Marko Peljhan et l’Institute of Applied Autonomy – surgirent pour infiltrer le système d’information mondial et exposer ses (dys-)fonctionnements à l’aide d’investigations, de farces, de parodies et de blagues satiriques. Tous ces groupes et individus opéraient au sein de l’espace tactique d’incursion momentanée et de retraite instantanée qu’a cartographié Peter Lamborn Wilson, alias Hakim Bey, dans son manifeste poético-anarchiste sur la Zone d’Autonomie Temporaire. Les préoccupations de ce volume sont différentes. Avec ses soixante-douze clefs, Konrad Becker cherche à déverrouiller les portes de la réalité stratégique : sa construction au fil des siècles, son imposition furtive et violente, son maintien imbécile et laborieux, ainsi que sa dissolution et sa destruction par ceux qui ne peuvent plus la supporter.

 

Extrait de la préface de Brian Holmes